dimanche 24 janvier 2021

Diacres Blaise BIANGBALI et Maurice MALEMA, MCCJ, ordonnés prêtres ce 24 janvier 2021 à la paroisse sainte Anne d’Isiro

 

Ils ont été ordonnés  prêtres de mains de son Excellence Monseigneur l’Evêque diocésain Julien ANDAVO, ce dimanche 24 janvier 2021,  dans l’église paroissiale de sainte Anne d’Isiro. Ce sont les révérends Diacres Blaise BIANGBALI et Maurice MALEMA de la Congrégation de  Missionnaires Comboniens de Cœur de Jésus. Tous originaires de ladite Paroisse, la joie des fidèles était au paroxysme de participer à la célébration d’ordination sacerdotale de leurs co paroissiens. En plus des ecclésiastiques, nombreux ont été des invités qui y ont répondu présents : membres de familles, fidèles venus des paroisses voisines,  comité provincial de sécurité, Honorables députés ainsi que  des  chefs coutumiers.

Dans son exhortation inspirée de l’extrait de l’Evangile de Jésus selon saint Mc 1, 14-20, Mgr Julien, s’adressant aux ordonnés, disait-il : à l’exemple de l’appel  de ses disciples, Jésus vous a aussi appelés à Le suivre pour être des pêcheurs  d’hommes.  Vous y avez répondu favorablement ; et vous y êtes maintenant pour vous engager solennellement  à continuer l’œuvre de l’Evangélisation à la suite du Christ. Soyez de témoins fidèles de l’Evangile qui rassemblent le Peuple de Dieu autour du Christ. Nous prions pour que le Seigneur Dieu mette toujours dans votre cœur la joie de  le servir fidèlement tout au long de votre vie.

Dans son mot de circonstance, le Supérieur Provincial des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus en RD Congo, le révérendissime  Père  Léonard  NDJADI  NDJATE a remercié le Seigneur Dieu pour le don de ces nouveaux prêtres au sein de la congrégation, loué le sens de collaboration pastorale de Mgr l’Evêque Julien et reconnu à juste valeur la proximité patriotique de Son Excellence Monsieur le Gouverneur de la Province du Haut-Uélé, présent à la cérémonie. Quant à la mission prochaine des ordonnés,  Le Père Supérieur provincial a affecté le Père Blaise Biangbali à la paroisse de YANONGE dans l’archidiocèse Kisangani tandis que  le Père Maurice MALEMA, à la paroisse Saint Jean-Paul II Limete, dans l’archidiocèse de Kinshasa.

Les nouveaux Ordonnés, avertis de leur responsabilité pastorale, ont explicitement demandé à la chrétienté de prier pour leur fidèle engagement à aimer et à servir le Seigneur dans les pauvres à l’instar de Saint Daniel COMBONI. Ils n’ont pas manqué d’inviter les jeunes d’être conscients de la responsabilité qui est la leur pour le meilleur avenir aussi bien de l’Eglise que du Pays. Divers cadeaux  leur ont été remis. Pour gratifier les  parents des nouveaux ordonnés qui ont offert leurs enfants au service de l’Eglise, de façon inattendue, le Gouverneur de la Province du Haut Uélé leur a offert deux voitures ainsi que deux parcelles dans un nouveau quartier périphérique d’Isiro en lotissement.

Après la messe, tous invités ont été conviés à une réception festive dans la salle paroissiale.

Fait à Isiro, le 24 novembre 2021,

Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA,

                                                                                                                      Secrétaire-Chancelier

mercredi 2 décembre 2020

Bienheureuse Anuarite, martyrisée à Isiro il y 56 ans !

 

Les fidèles catholiques du diocèse d’Isiro-Niangara ont célébré, ce 01 décembre 2020,  en leurs paroisses respectives le 56e anniversaire du martyre de la Bienheureuse Marie-Clémentine ANUARITE NENGAPETA suite à une restriction du pèlerinage due à la pandémie mondiale de covid-19. Selon les informations récoltées auprès des Curés de paroisses, plusieurs fidèles ont participé à la célébration eucharistique pour faire honneur à la Bienheureuse Anuarite qui a fait honneur à Dieu. 

Son Excellence Monseigneur Julien ANDAVO MBIA, Evêque d’Isiro-Niangara a choisi la paroisse Saint Kizito d’Isiro pour célébrer la messe et inviter les fidèles à imiter le modèle de vie de la Bse Anuarite qui a  obéi à la Parole de Dieu et l’a pratiquée dans sa vie. Ainsi a-t-elle compris  qu’il ne faut pas craindre celui qui peut tuer le corps mais ne peut tuer l’âme. Cette conviction religieuse a affermi son amour et sa fidélité indéfectible au Seigneur. Car, confrontée à ses bourreaux,  rien ne l’a séparée de l’Amour de Dieu. Elle a professé sa foi en Dieu en proclamant : Jésus Seul, Bobele Yezu, en lingala, Mutu Tu, en swahili. A l’heure se sa mort, tout en pardonnant à ses bourreaux, elle a dit : « c’est ainsi que je l’ai vue ».  C’est un exemple de persévérance  dans la confiance totale au Seigneur au milieu des épreuves et difficultés inhérentes à la vie humaine, a insisté Mgr Julien.


Les fidèles de la paroisse Saint Kizito d’Isiro ont collecté du fonds pour envoyer au Sanctuaire National Bienheureuse Anuarite conformément aux directives de la Conférence Episcopale Nationale du Congo.

En outre, depuis plusieurs années, la date du 30 novembre a été dans la ville d’Isiro, synonyme du Grand pèlerinage à l’honneur de la Bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite  Nengapeta, premiere vierge et martyr e du Congo. Ce Grand pèlerinage débutait à 13h00’ au cimetière de DINGILIPI, première tombe de la Bienheureuse Anuarite, en passant par l’artère principale de la ville d’Isiro jusqu’à la Cathédrale Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus où repose le reste du corps de la Bienheureuse. Mais hélas ! La commémoration de 56 e anniversaire du martyre de la bienheureuse Anuarite  de cette année 2020 du 1 décembre est bouleversée par la pandémie mondiale de coronavivus.


Dans son communiqué officiel du 13 octobre dernier signé par l’Abbé Jean NGERE, chargé de culte et dévotion, le Rectorat du Sanctuaire National Bienheureuse Anuarite a non seulement suspendu la célébration habituelle du Grand Pèlerinage mais aussi  le pèlerinage qu’on programmait pour des fidèles de différentes paroisses de la ville d’Isiro et des groupes organisés durant le mois de novembre. En revanche, pour permettre aux  pèlerins  éventuels de prier et d’exprimer leur dévotion à la bienheureuse Anuarite, étaient programmées, de 8h00’ à 18h00’,  durant ce mois de novembre, des possibilités du pèlerinage individuel au sanctuaire  la Maison Bleue d’Isiro. Entendez par la  Maison Bleue d’Isiro, un lieu sacré où  la Bse Anuarite  a été tué, a versé son sang  à cause de sa fidélité au Seigneur. A l’intérieur de la cour de la Maison Bleue, on peut lire des mots qui résument le programme spirituel de la Bse Anuarite et font comprendre la grandeur de sa sainteté : « Paix, Pureté, Service, Pardon, Courage, Joie, Dévouement, Charité, Fidélité, C’est ainsi que je l’ai voulu ».  Aller à Isiro sans passer par la Maison Bleue, c’est comme aller à Rome sans voir le Pape », dit-on ! Plusieurs pèlerins s’y rendent pour implorer son intercession comme vous pouvez aussi prier, là où vous êtes par son intercession. Signalons également que du 20 au 28 novembre, s’est tenue la neuvaine de la Bienheureuse Anuarite dans toutes les paroisses de la ville d’Isiro à l’intention des malades physiques et spirituels. C’est chaque paroisse qui fixait l’heure de la prière de Neuvaine. Au Sanctuaire, elle se déroulait avant la messe matinale de 5h30’ à 6h10’.

Le lundi 30 novembre 2020, à 16h00’, tous les ecclésiastiques de la ville d’Isiro se sont  réunis pour célébrer la solennité du martyre de la Bse Anuarite dans l’église cathédrale. La messe étai présidée par Monseigneur l’Evêque Julien ANDAVO MBIA qui exhorté les ecclésiastiques à éprouver la joie de servir le Seigneur et le prochain à l’instar de la Bse Anuarite.


De la congrégation de la Sainte Famille de Kisangani, née à wamba le 29 décembre 1941, la Bienheureuse Marie-Clémentine ANUARITE NENGAPETA était  martyrisée à Isiro le 01 décembre 1964 par les rebelles Simba. Elle a été béatifiée à Kinshasa le 15 août 1985 par le Saint Pape Jean-Paul II.

Nous sommes invités à prier pour l’aboutissement du processus de sa canonisation.

Fait à Isiro, le 01 décembre 2020

Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA,

Secrétaire-Chancelier

mercredi 25 novembre 2020

Ouverture du Jubile d’or de la paroisse Cathédrale Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus d’Isiro

Le dimanche 22 novembre 2020, en la solennité du Christ-Roi de l’Univers, s’est ouvert le « Jubilé d’or » d’érection canonique de la paroisse Cathédrale sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’Isiro sous le thème : « Soyons la lumière sur le lampadaire » (cf Lc 8,16).

La messe d’ouverture a été présidée par Son Excellence Monseigneur Julien ANDAVO MBIA, Evêque du diocèse d’Isiro-Niangara, accompagné de plusieurs prêtres ; des religieux, autorités politico-administratives et de milliers de fidèles ont répondu présents à cette cérémonie inaugurale.  Dans son exhortation, Mgr Julien a invité les fidèles à la sainteté de vie : quand vous écoutez et méditez la Parole de Dieu, quand vous recevez les différents sacrements dans l’Eglise, progressez sur la voie de la sainteté et témoignez de l’Evangile de vie que vous avez gratuitement reçu. Que votre engagement pastoral de chaque jour en cette année jubilaire révèle votre fidélité au Christ, a-t-il insisté.

Monsieur l’Abbé Emmanuel SANGBETU, Curé de la paroisse Cathédrale, tout en remerciant le Seigneur Dieu pour ses merveilles pour les 50 ans d’existence de ladite Paroisse, a exhorté les fidèles à s’engager davantage pour la réalisation des activités programmées, entre autres, la construction de Mur de Jubilé d’or, l’entretien et l’équipement de l’église cathédrale...

Au sortir de la messe, tambours battants en scandant des chants jubilaires, groupes organisés paroissiaux ainsi que différentes Communautés Ecclésiales Vivantes, CEV en sigle se sont succédé pour le défilé, suivi du repas festif.

Pour la petite histoire, le 23 mars 1970, par un décret de la Propaganda Fide, la dénomination du Diocèse de Niangara est changée à Isiro-Niangara, du fait du transfert du siège épiscopal de Niangara à Isiro. La nouvelle Cathédrale jubilaire à Isiro, dédiée toujours à sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, protectrice de l’année cathédrale de Niangara est consacrée le 24 mai 1970.

C’est dans cette Cathédrale jubilaire que se trouve la dépouille mortelle de la Bienheureuse Marie-Clémentine ANUARITE NENGAPETA.

Fait à Isiro, le 23 novembre 2020

Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA

mercredi 23 septembre 2020

Prise d’habit des Novices Célestine ENKAKPONE et Stéphanie BEROCAN (DMF), à Medje le dimanche 20 septembre 2020

 

Novices Célestine et Stéphanie
La prise d’habit des Novices Célestine ENKAKPONE et Stéphanie BEROCAN de la congrégation diocésaine des Dominicaines Missionnaires de Familles d’Isiro-Niangara  s’est déroulée en la paroisse Saints Pierre et Paul de Medje, située à 75 km de la ville d’Isiro, lors de la messe présidée en l’église paroissiale par monsieur l’Abbé Curé de ladite paroisse Claude TASEMA qui les invitées à la persévérance et fidélité à la suite du Christ. Vingt sœurs religieuses de ladite congrégation, novices, postulantes et aspirantes  y comprises ont  participé à la retraite annuelle organisée à leur intention du 13 au 18 septembre 2020 à la même Paroisse. Monsieur l’Abbé Prédicateur Claude TASEMA les a instruites et exhortées sur « l’amour mutuel au sein de la congrégation comme expression d’identité des disciples du Christ (Jn 13, 34-35).

Par ailleurs, la même congrégation a officiellement ouvert une année capitulaire, le 08 septembre dernier,  à l’issue de laquelle sera organisé le Premier Chapitre général  en vue d’élire sa Première supérieure générale. Plusieurs activités sont prévus, entre autres, intensifier l’animation vocationnelle dans les différentes paroisses diocésaines et en dehors du diocèse en vue de vulgariser le charisme de la congrégation, promouvoir  l’unité et la cohésion entre les membres à travers des gestes manifestes tels que le pèlerinage et des visites familiales.

La révérende Sœur Gracielle MABUSANDRODU est actuellement  Supérieure déléguée de l’Evêque près les Sœurs Dominicaines Missionnaires de Familles.

Pour la petite histoire, fondé en 1979 comme une Une « Union pieuse des Filles de Saint Dominique » avec l’aval  du regretté son Excellence Monseigneur Ambroise Uma, Evêque d’Isiro-Niangara avec l’appui  du Vicariat Dominicain Saint Pie V du Zaïre pour le nécessaire discernement et un accompagnement spirituel approprié, l’Institut des Sœurs Dominicaines Missionnaires de Familles a été canoniquement  érigé le 02 avril 1991 par  le regretté son Excellence Monseigneur Emile Aiti, Evêque d’Isiro-Niangara et dénommée « Congrégation  des Filles de Saint Dominique » avec option spécifique : «la conquête du Salut du prochain par l’annonce de l’Evangile vécu et en particulier, l’apostolat familial sous ses diverses formes ».

         Ainsi, le 30 septembre 2012, Mgr l’Evêque Julien Andavo prit une nouvelle disposition reflétant le charisme à travers le titre de la Congrégation. Celle-ci, après s’être soumise à l’Action purificatrice de l’Esprit Saint, finit par se dénommer « Dominicaines Missionnaires des Familles », DMF en sigle.


        
Tous les éléments essentiels articulés dans les Constitutions des DMF ont été élaborées conjointement par les membres de cette famille religieuse DMF, avec l’appui technique de l’ Evêque de Lwiza, Son Excellence Monseigneur Félicien MWANAMA pendant la session d’une semaine, tenue à Isiro du 12 au 19 juillet 2013. 

Ainsi donc, cet Institut fait parti de la grande famille de saint Dominique dont le charisme général est la « Prédication pour le salut intégral de l’homme ».  Sa particularité réside  dans « l’Evangélisation de la famille humaine ». Il est question d’édifier la famille dans la foi en Dieu et la formation de la conscience afin de participer à la vie de la société et de l’Eglise, comme le disait le Saint Pape  Jean Paul II: « L’avenir de l’humanité passe par la famille » 

C’est ainsi que ces religieuses, soucieuses  de la situation et de la dégradation de la  famille qui est  le Sanctuaire de la vie, se donnent cette mission spéciale d’accompagner la famille vers sa réalisation dans ce monde en mutation. Cet accompagnement passe par l’évangélisation des mentalités rétrogrades qui empêchent l’épanouissement des membres de la famille et entravent l’émergence des familles, la formation de couples au mariage et l’éducation à la vie familiale (responsabilités familiales à travers les formations mensuelles), ainsi que l’éducation formelle et informelle.

Pour répondre à cet appel divin, trois secteurs sont nécessaires : la santé, l’éducation et le développement.

Cette congrégation, aussi présente dans le diocèse de Buta, compte en ces jours 20 sœurs religieuses professes, 6 novices et 2 postulantes.

Fait à Isiro, le 23 septembre 2020

Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA,

Secrétaire-Chancelier