jeudi 10 septembre 2020

Congrégation diocésaine des Soeurs Dominicaines Filles de Sainte Catherine de Sienne d'Isiro-Niangara à l'issue de son 14e Chapitre général, août 2020

 

Les révérendes Sœurs Célestine SUMANENDE  et Anuarite MBUDA ont été respectivement élues  Supérieure générale et Vicaire générale de la congrégation diocésaine des Sœurs Dominicaines Filles de Sainte Catherine (DFSCS) du diocèse d’Isiro-Niangara, à l’issue du 14e chapitre général qui s’est tenu du 17 au 30 août 2020 au Centre de Spiritualité Bx Isidore Bakanja de Magambe à Isiro.

Dans son nom de circonstance, la Mère Générale Célestine a remercié le Seigneur et ses consœurs pour la confiance placée en sa personne tout en les invitant à l’unité dans la vérité   en ces termes : « Je suis contente et satisfaite que le Chapitre général se soit déroulé dans la paix et l’unité. Je vous demande de travailler ensemble pour construire notre Congrégation, car nous devons toujours aller de l’avant, malgré la tempête que nos rencontrons, nous devons toujours aller au large. Grand merci à l’ancienne Mère Générale Romana pour son esprit  de sacrifice et dévouement au service  de l’Eglise et de la Congrégation, a-t-elle affirmé. 

La messe de clôture et d’action de grâces a été célébrée ce dimanche 30 août 2020 dans la chapelle dudit Centre par  Son Exc. Mgr l’Evêque  Julien ANDAVO qui a exhorté les sœurs religieuses à être effectivement unies, fidèles et sincères dans l’observance  des conseils évangéliques, et assidues dans la prière.

 Présente dans les archidiocèses de Kinshasa et Kisangani ainsi que  dans les diocèses de Dungu-Doruma et d’Isiro-Niangara, ladite Congrégation compte actuellement 140 professes, 9 novices et 4 aspirantes.

Licenciée en Droit civil, Chef des Travaux à l’université de l’Uéle, la révérendissime Mère Célestine qui succède à la Mère Romana est la 7e Supérieure générale que la congrégation ait connue depuis sa création le 04 août 1943 par Mgr  Robert Constant Lagae qui donna à ladite congrégation la devise de « Travailler dans la lumière du Seigneur.

Cinq révérendes sœurs ont élues conseillères, notamment les  Sœurs  Jeanine NADI, Fabiola Nzimaro, Amandine KPIOGINE, Chantale MOGOGA et Camilla MANZEKE, avec deux sœurs suppliantes Perpétue SIAMU et Martine DRAMATI.

Le  charisme de la Congrégation invite à la « Sanctification des membres par l’observance de conseils Evangéliques. Ces religieuses sont entre autres engagées dans les secteurs d’éducation, de la santé, de l’assistance sociale.

Quant à l’histoire de la Congrégation de DFSCS, elle a été canoniquement érigée  le 04 Août 1943 au nom de « Servarum Sanctae Catherinae » qui signifie « Servante de Sainte Catherine de Sienne »  par le décret de Monseigneur Robert Constant LAGAE, alors Vicaire Apostolique de Niangara. Les Sœurs DFSCS forment ainsi une Congrégation de droit diocésain dans le diocèse d’Isiro-Niangara. Mgr Lagae fonda cette congrégation des Sœurs autochtones en 1942 avec l’appui des Sœurs Dominicaines Missionnaires de Namur afin de favoriser une collaboration dans les œuvres spirituelles et temporelles pour le salut des âmes. Initialement, Mgr Lagae confia  la charge de ladite  Congrégation à la  Sœur Rose Pinpester, dominicaine missionnaire de Namur ainsi qu’à ses consœurs comme formatrices dont la Sœur Thomas. Par la persévérance et la fidélité à la vie religieuse, cette congrégation des Filles de Sainte Catherine de Sienne (FSCS) fit la demande d’être intégrée dans l’Ordre Dominicain par  Monseigneur  François Odo de Wilde au  Frère Emmanuel SUAREZ  Op, alors Maître de l’Ordre, qui accepta volontiers, et les Sœurs FSCS sont devenues Dominicaines à part entière depuis le 18 novembre 1951.

En 1948, Mgr François Odo de Wilde succéda à Mgr Lagae.  Les années de son Episcopat étaient caractérisées par l’implantation des Sœurs  DFSCS dans plusieurs missions du Vicariat de Niangara et actuellement presque dans toutes les paroisses du Diocèse d’Isiro-Niangara.

C’est en 1968 que s’est tenu le Premier Chapitre général de la Congrégation lors duquel, la Révérende Sœur Paula KULINDE, d’heureuse mémoire a été élue première Supérieure Congolaise.

Fait à Isiro, le 30 août 2020

Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA,

Secrétaire-Chancelier

Retraite annuelle des prêtres diocésains d’Isiro-Niangara, septembre 2020

 

« Prêtre séculier catholique à l’ère de la mondialisation »,  telle est la thématique de la retraite annuelle  des prêtres diocésains d’Isiro-Niangara  qui s’est tenue du 31 août au 04 septembre 2020 au Centre de Spiritualité Bienheureux Isidore Bakanja de Magambe à Isiro.

Monseigneur le Vicaire général diocésain de Dungu-Doruma François GBAKU-MOKE, prédicateur de ladite retraite a exhorté les 65 prêtres retraitants à exploiter la mondialisation comme une opportunité pour vivre simplement, sérieusement, saintement et fructueusement leur sacerdoce ministériel.  Comme un processus d’interdépendance entre les peuples, la mondialisation, disait-il, pousse le prêtre à revoir la façon de vivre la spiritualité sacerdotale et les méthodes pastorales. Le prêtre est ainsi invité au discernement pastoral sur les valeurs et les cultures ainsi que les initiatives à prendre pour répondre aux exigences de la mission d’annoncer l’Évangile à tous les hommes. Aussi devra-t-il être toujours conscient des exigences de la dignité sacerdotale pour vivre une fidélité actualisée, un nouvel élan missionnaire et un engagement irréversible sur la voie de la sainteté, a-t-il poursuivi. Mgr le Prédicateur a terminé ses exhortations en rappelant aux prêtres la nécessité de la protection des mineures ainsi que des personnes vulnérables.

La journée sacerdotale a été organisée le samedi 05 septembre audit Centre pour les échanges fraternels entre les prêtres.  Le Médecin Directeur de la Clinique de l’Est d’Isiro Willy NGOY a été invité pour sensibiliser les Abbés sur les causes, les signes cliniques, les risques, les  conséquences et des mesures préventives des maladies métaboliques, telles que le diabète et la goute ainsi que des maladies cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque. Il s’en est suivi la communication de l’Abbé Econome diocésain Emmanuel ALARA sur l’état des lieux de l’Economie diocésaine et des perspectives d’avenir. Pour assurer l’animation spirituelle du clergé diocésain qui compte 103 prêtres,  L’Abbé Samuel-Victorien AKUMBAGBE a été élu par les prêtres présents et confirmé par Son Excellence Monseigneur l’Evêque Julien ANDAVO.

Fait à Isiro, le 06 septembre 2020

Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA

 

dimanche 26 juillet 2020

Clôture de la célébration du Jubilé d’argent de la paroisse sainte Anne d’Isiro


Ils étaient cinq à être ordonnés diacres le dimanche 26  juillet 2020 par Son Excellence Monseigneur l’Evêque Julien ANDAVO MBIA d’Isiro-Niangara, à l’occasion de la messe marquant  la clôture de la célébration de 25 ans d’érection canonique de la paroisse sainte Anne  au diocèse d’Isiro-Niangara, spécialement dans la ville d’Isiro, laquelle paroisse a été confiée à la gestion des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus. Il s’agit de missionnaire combonien Ephrem Judicaël BADOU IFEDOUN  ainsi que des séminaristes diocésains Serge LOMO MONGANGA, Jean-Marie MATSAGA BADOLO,  Jésus NGIMA NZOLOONGO  et Prosper TATSIMA AZIRO. C’est le 20 mars 1994 que la paroisse Sainte Anne a été canoniquement érigée par le regretté son Excellence Monseigneur l’Evêque Emile AITI.
L’exhortation de Mgr Julien était inspirée des lectures bibliques de ce dimanche : le Royaume de Dieu est un trésor précieux qu’il convient de rechercher à tout prix à travers l’amour de Dieu, la consécration à l’Esprit-Saint et  la vie de prière, a-t-il renchéri, tout en invitant les nouveaux diacres  à être modèles de fidélité et  dévouement au service de l’Eglise.
Dans son mot de circonstance qui a été lu par son Représentant à Isiro, le Père Eduardo Pesquera Roa, le Supérieur Provincial des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus en RD Congo, le révérend Père  Léonard  NDJADI  NDJATE a remercie Mgr l’Evêque Julien et ses prédécesseurs d’avoir accueilli les Missionnaires Combiens et  loué la bonne collaboration pastorale avec le Diocèse d’Isiro-Niangara. Il a invité les fidèles de la paroisse jubilaire de sainte Anne-Isiro à aller de l’avant, car, dit-il : célébrer le Jubilé d’argent est un signe de maturation dans la foi et les fidèles devront être conscients de la nécessité de leur engagement pour la prise en charge de l’Eglise. A la fin du service pastoral de Père Samuel MBAMBI comme Curé de la paroisse Sainte Anne, Mgr Julien et le Supérieur provincial ont tous reconnus son engagement pour le progrès pastoral et l’ont invité à manifester à tous et partout où il sera, la joie d’être missionnaire.  
 La messe a été animée par les chantres de la Chorale Centrale paroissiale qui étaient tous habillés en Lacoste de circonstance de la couleur  blanche sur lequel est écrit : « Paroisse Sainte Anne : Jubilé d’argent 1994-2019 ».
Plusieurs activités prévues pour cette célébration jubilaire, n’ont malheureusement pas pu être  réalisées à cause de covid-19.  Ce qu’on a réalisé, c’est, entre autres, la formation biblique pour les Agents pastoraux, la relecture de l’histoire  de la paroisse Sainte Anne, l’assistance sociale à la maison pénitentiaire d’Isiro et le spectacle avec les danses folkloriques.  La paroisse jubilaire compte 7 Secteurs, 43 chapelles avec 12 Communautés Ecclésiales Vivantes en signe CEV.
Pour la petite histoire, en 1970, Mgr Odon de Wilde avait demandé à la Congrégation des Missionnaires Comboniens de construire une église à Isiro. Le 26 juillet 1970, date à laquelle on célèbre Sainte Anne et  Saint Joachim, le révérend Père Laurent  FARRONATO avait célébré, pour la première fois, la messe à ce site, situé sur l’avenue TSEPKO, lequel site revêtira le statut de Mission Combonienne jusqu’en 1994, année marquant ainsi  son érection en paroisse. 
De 1970 jusqu’à nos jours, 18  Pères Comboniens se sont succédé comme Recteurs et Curés de la Mission devenue  Paroisse dont le Père Eduardo Pesquera Roa est actuellement Curé nommé.
Il convient de signaler que la contribution des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus (MCCJ) dans l’histoire d’Evangélisation du diocèse d’Isiro-Niangara est très remarquable ; beaucoup de missionnaires en ont payé au prix de leur sang. En commençant par l’annonce kérygmatique de la foi catholique, ils se sont fidèlement engagés dans de multiples œuvres d’évangélisation et  promotion intégrale de l’homme, notamment dans  l’éducation, la santé, l’animation vocationnelle, les œuvres sociales et la promotion des autochtones dans le cadre et limite de leur mission. Des tels actes de bravoure et courage missionnaire ont, de tout cœur, reçu, la gratitude solennelle de Mgr Julien, disait-il : « Nous avons encore besoin de vous pour continuer la mission de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Hormis la paroisse  Sainte Anne à Isiro, les Missionnaires comboniens sont aussi présents au Centre de Spiritualité Bx Isidore Bakanja de Magambe à Isiro et au Centre Socio-Pastoral saint Paul VI de Dondi à Watsa.
Après la messe, le repas fraternel organisé dans la grande salle de la paroisse pour les invités a donné une coloration festive à cette journée de clôture du Jubilé de 25 de la paroisse Sainte Anne qui appartient désarmais au passé.
Qu’en est-il du respect des gestes barrières comme beaucoup voudraient entendre? Nous assistons à une initiation dans la pratique liturgique à l’ère de Covid-19 : Tous les participants ont revêtu l’habillement des exigences sanitaires de la pandémie mondiale de covid-19 :  la surveillance légendaire des membres de protocole postés à toutes les entrées de l’espace paroissial  où étaient disposés des récipients d’eau avec savon , fidèles et  prêtres, tous ont  porté les masques,  la distanciation sociale scrupuleusement respectés, puisque j’ai observé les participants parsemés sans contact physique même dans la cour et l’intérieur de l’église , les paniers des offrandes mis à l’entrée de l’église, autant dire que cette célébration d’ordination et de clôture du Jubilé d’argent qui avait  reçu l’aval des autorités politiques et policières  provinciales du Haut-Uélé était un défi ou mieux un test pour jauger la capacité des autorités diocésaines à respecter les mesures sanitaires en vigueur.



Voici en annexe la liste chronologique des Pères Recteurs et Curés de la paroisse Sainte Anne d’Isiro  depuis sa création à ces jours: Laurent  FARRONATO (1970-1971 et 1979-1983),  François TOMASONI (1972-1973),  COLOMBO (1973-1974 ),  François RINALDI (1974-1975 ), LINO-SALVI(1975-1979 ),: Edouard SANDRON(1983-1984 ), Firmo BENASCONI(1984-1988 ), Emilio PEREZ(1988-1991 ), MARCO-DE-ANGELIE(1991-1992 ), ENZO-BELLUCCE(1992-1993 ), SERGE CAILLOTT(1993-1997 ), MICHEL DINOLA(1997-1998 ), JEAN STIRPAR(1998-2001 ), RUBIO(2001-2010 ), ANTONIO  APARICO(2010-2013 ) SAMUEL MBAMBI(2013-2020 ), EDUARDO PESQUERA ROA (2020-  ).
Fait à Isiro, le 26 juillet 2020,
Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA,
Secrétaire-Chancelier

dimanche 29 décembre 2019

Mgr l’Evêque Julien ANDAVO ouvre le Centenaire de l’Evangélisation de la paroisse Sacré-Cœur de Jésus de Rungu


 De 1919 à 2019, ça fait exactement 100 ans  depuis que  les Missionnaires Dominicains ont fondé la paroisse Sacré-Cœur de Jésus de Rungu qui se situe à 67 km de la ville d’Isiro dans le diocèse d’Isiro-Niangara au Nord-est de la République Démocratique du Congo.


 
« Exhorte tes frères » (2 Tm 4, 2), tel est le thème choisi  pour orienter les différentes célébrations  dudit  Centenaire de l’Evangélisation que Son Excellence Monseigneur Julien ANDAVO MBIA, Evêque d’Isiro-Niangara a ouvertes ce dimanche 29 décembre 2019  lors de la messe qu’il présidée  en la  fête de la Sainte Famille, avec 37 Prêtres concélébrant en présence des religieux et religieuses, les autorités étatiques ainsi que toute la chrétienté de Rungu et des paroisses voisines. Monseigneur le Vicaire général diocésain de Dungu-Dorumu François GBAKU MOKE  a représenté Son Excellence l’Evêque Richard DOMBA en cette cérémonie.
Après la procession d’entrée et le signe de croix, s’en est suivie la cérémonie d’ouverture officielle de l’année jubilaire qui a consisté à montrer comment est-ce que l’Evangile est arrivé à Rungu avec les missionnaires dominicains et la coopération de chefs locaux : Un Père dominicains tenant la Bible , assis sur le Tipoyi, a été transporté par des fidèles choisis en procession  vers l’autel avec le pas de danse, la chorale scandant les chants de l’annonce de l’Evangile. Arrivé au  bas de l’autel, le Père, descendu de Tipoli, a remis la Bible au chef de collectivité Azanga, celui-ci l’a remise à son tour à Mgr l’Evêque Julien, qui ayant ouvert l’année jubilaire, l’a déposée ouverte sur un deuxième lutrin placé du côté gauche de l’autel.

S’inspirant du livre de Lévitique ( Lv 25, 8-17), Mgr Julien a exhorté les fidèles sur le sens de l’année jubilaire qui est une année de grâces, de miséricorde, de pardon et de bénédictions. Célébrer ce Centenaire de l’Evangélisation  est une occasion pour les fidèles  de se remettre en question et de profiter de grâces divines acquises du don de    l ’Evangile annoncé et accueilli. Une vie chrétienne transformée  par l’Evangile se nourrit des sacrements  et se manifeste à travers le témoignage  constant de fidélité au Seigneur Jésus-Christ. Monseigneur Julien, affirme-t-il : mon vœu est que les sacrements  administrés en cette paroisse  donnent naissance et croissance, guérison et mission à la vie de foi des fidèles  (CEC, 1210) ; que le Seigneur vous donne toujours davantage les richesses de la vie divine et vous fassent avancer vers la perfection de la charité (CEC, 1212).
Conformément aux directives du Dicastère romain  attitré, Mgr Julien a annoncé l’indulgence plénière qui sera accordée  à tous les fidèles qui le souhaitent à partir du février 2020, ainsi toute l’année jubilaire durant.  Le Comité organisateur du Jubilé est appelé à établir un planning pastoral annuel  susceptible d’offrir aux fidèles les opportunités d’approfondir leur foi en Jésus de Nazareth en aimant et en servant  humblement l’Eglise, a-t-il insisté.
Lors de la messe, Mgr Julien a béni deux couples et les exhortés à s’inspirer du modèle de vie de la Sainte Famille : Jésus, Marie et Joseph.
A la fin de la messe, l’Abbé Maurice MAZIMADE, Curé de la paroisse jubilaire a remercié tous les participants de leur cordiale présence. Le Représentant des Pères Dominicains s’est réjoui de la semence  de la Parole de Dieu qu’ils ont semée à Rungu, laquelle semence a porté beaucoup de fruits. Quant aux Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus dans la lettre signée par le  Père Supérieur général et le Père Supérieur provincial qui séjournent à Isiro pour la visite canonique, affirment-ils : la paroisse de Rungu est notre première mission en RD Congo, le sang versé de nos frères à Rungu signe le pacte de sang avec le diocèse d’Isiro-Niangara ;  gardez le témoignage de foi pour continuer l’œuvre de  l’Evangélisation, car rien ne peut nous séparer de l’amour du Christ (Rm 8, 35).  Dans son adresse, l’honorable Président de l’assemblée provinciale représentant son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province  du Haut-Uélé en cette  cérémonie atteste, je cite : « nous devons être reconnaissant envers l’Église Catholique qui a énormément contribué pour l’Evangélisation et le développement de la contrée à travers l’Education, la santé et autres œuvres sociales.  Après la messe, les activités culturelles, danses folkloriques, théâtres, repas festif se sont poursuivi jusque dans la soirée.
Il convient de noter que samedi le 18 décembre, Mgr Julien a conféré le sacrement de confirmation à 60 fidèles.

La paroisse Sacré-Cœur de Jésus de Rungu compte 4 zones pastorales, 12 secteurs et 82 chapelles. Depuis sa fondation, 20 Curés se sont succédé dont 5 Prêtres  Dominicains durant 44 ans, 13 Prêtres comboniens durant 46 ans et 2 prêtres diocésains durant 10 ans.
Pour une petite histoire de  paroisse, les missionnaires Norbertins (Belgique) sont entrés à l’Uélé par la voie maritime Itimbiri (Bas-Uélé).  Ayant  construits la paroisse d’Amadi dans le diocèse voisin de Dungu-Dorumu, ils ont poursuivi la rivière Uélé jusqu’ à entrer dans la rivière Bomokandi pour  construire la paroisse Gombari en 1903, la première dans le diocèse d’Isiro-Niangara.  De 1903 à 1912, les missionnaires Norbertins ont poursuivi l’œuvre de l’Evangélisation jusqu'à Rungu. On sied de signifier qu’en 1912, le Père Norbertin NIEBERDING  baptisera celui qui, devenu catéchiste reste une figure emblématique pour la  paroisse de Rungu, appelé communément « Notre Catéchiste papa Thomas TSHEMBETE ». En 1912,  les Pères Dominicains ont succédé aux Pères Norbertins dans l’Uélé ;  commenceront  le « Vicariat Apostolique de l’Uélé.
En janvier 1919, le Père Dominicain  Paul WARNIER arrive à Rungu et commence la mission de Rungu le 22 décembre 1919. La mission de Rungu va de pair avec la construction du barrage hydroélectrique que le Père Antonio VEKENS a commencé en janvier 1921. L’église paroissiale a été construite par le Frère Marc MEYLEMANS de 1932 à 1933. En 1937, les Sœurs dominicaines de Namur viennent s’installer à Rungu.
En décembre 1963, après 44 ans de service pastoral, les Pères Dominicains ont cédé en la paroisse de Rungu  aux Pères Comboniens dont six ainsi que plusieurs chrétiens ont été tués par les rebelles Simba en l’année 1964. Parti de Rungu, C’est après trois ans que les Pères dominicaines vont regagner la paroisse de Rungu en vue  continuer l’œuvre de l’Evangélisation jusqu’en 2009, l’année à laquelle ils ont cédé la paroisse aux prêtres diocésains.  
Voici la liste des Curés qui sont succédé à la tête de la paroisse de Rungu :
Quatre Pères Dominicains : Paul WARNIER, O.p ; Jourdin Bonhomme, O.p ; Aimo, O.p ; Gabriel Butrelux, O.p ; Tienne Coulée, O.p
13 Pères Comboniens : Lorenzo Piazza Mccj, Ferdinando Colombo Mccj, Adriano Farronato Mccj, Adriano Danzi Mccj, Venanzio Milani Mccj, Manuel Pinho Mccj, Firmo Bernasconi Mccj, Enrico Zabeo Mccj, Eliseo Tacchella Mccj, Carlos Neves Mccj, Emilio Peres Mccj, Abilio Sima es Mccj, Lorenzo Farranoto Mccj
Du côté des prêtres diocésains, l’Abbé Raphaël ABONGA et l’actuel Curé Abbé Maurice MAZIMADE qui a organisé l’ouverture de ce Jubilé. Il  pourra, grâce à Dieu,  en organiser la fermeture 27 décembre 2020.
Fait à Isiro, le 29 décembre 2019
Abbé Jean-Claude MANVOTA TANDEMA,